Phénomènes remarquables en MAI
Des migrateurs tardifs      
  
Les limicoles (chevaliers, bécasseaux, etc.) fréquentent des surfaces en eau peu profonde qui leur permettent l'accès à la nourriture. Débutant en avril, le passage prénuptial des limicoles se poursuit et atteint souvent un pic dans la première décade de mai  pour certaines espèces comme le chevalier aboyeur ou le combattant varié,  visibles lors de leurs haltes migratoires,  en vallée de la Meurthe.
 
 
 
Fin avril-début mai, ce site et les autres plans d’eau du département connaissent aussi un passage de mouettes pygmées, puis celui des guifettes noires et des guifettes moustac.
 
 
 
A ces oiseaux de passage, succèdent les migrateurs tardifs qui choisissent la Lorraine pour s'y reproduire.
 
 
 
Début mai, les martinets noirs retrouvent leurs colonies situées dans les cavités des bâtiments les plus hauts.
 
 
 
Le roucoulement doux de la tourterelle des bois se fait entendre dans les haies et les boqueteaux.
 
 
 
La pie grièche écorcheur s’observe à nouveau dans les haies. Plus rare, la pie grièche à tête rousse retrouve les abords des vergers.
 
 
 
Dans les zones de cultures, la caille des blés signale sa présence par son chant typique que certains transcrivent par « paye tes dettes ».
 
 
Avec son allure voisine de la buse, le retour de la bondrée apivore passe souvent inaperçu.
 
 
Une bonne connaissance des chants sera nécessaire pour repérer, dans la végétation dense, les derniers arrivants : la rousserolle verderolle et l’hypolaïs polyglotte.
 

 

Photo Gilles Pierrat

Photo Gilles Pierrat

Photo Jean Paul Lang

Photo Frédéric Féve

     
 
RETOUR CALENDRIER DES OISEAUX